Philacanada - Faucon pèlerin, Falco peregrinus - 12 cents 1978 - Timbre du Canada - Valeur des timbres canadiens

Vous êtes : Accueil » Timbres » Valeur » Faucon pèlerin, Falco peregrinus - 12 cents 1978

Faucon pèlerin, Falco peregrinus - 12 cents 1978 - Timbre du Canada

Faucon pèlerin, Falco peregrinus 1978 - Timbre du Canada

Caractéristiques

  • Quantité : 34 980 000
  • Date d'émission : 18 janvier 1978
  • Imprimeur : Ashton-Potter Limited
  • Dentelure : 12.5
  • Scott : #752

Description

Si l'environnement est trop pollué pour le faucon pèlerin, alors l'humanité elle-même risque de disparaître un jour. La nouvelle émission consacrée aux espèces menacées d'extinction est donc porteuse d'un sombre avertissement. On retrouve le faucon pèlerin dans toutes les régions du monde à part les plus reculées et les plus inhospitalières. Il en existe trois variétés au Canada: une qui habite la côte de la Colombie-Britannique, une autre le Grand Nord et une troisième que l'on retrouve dans les autres régions Canada. Les effets du D.D.T. et d'autres insecticides ont frappé le faucon pèlerin, autrefois indestructible, et d'autres rapaces comme l'aigle à tête blanche, l'aigle pêcheur et l'épervier de Cooper. À chaque repas, ces oiseaux absorbent de petites quantités de produits chimiques qui se concentrent dans leur organisme à un point tel que l'accumulation des substances nocives finit par entraîner la mort ou à tout le moins entraver la reproduction. Les écologistes craignent que des produits chimiques apparemment inoffensifs qu'on déverse actuellement dans l'environnement viennent un jour à détruire l'humanité. L'extinction d'une espèce est toujours déplorable, mais la disparition du faucon pèlerin serait particulièrement tragique. Figurant au nombre des oiseaux les plus rapides du monde, il peut plonger à une vitesse d'environ 200 milles à l'heure. Cette rapidité, en même temps que sa remarquable technique de chasse et sa vue incroyablement perçante, en a fait un oiseau très estimé pour la fauconnerie des milliers d'années et ont aidé à faire connaître les îles de l'Arctique canadien au Moyen-Âge. Marco Polo écrivit qu'il existait dans l'océan Arctique «certaines îles où l'on élève de nombreux gerfauts et faucons pèlerins, qu'on transporte ensuite dans différents pays». Le faucon pèlerin adulte, qui a la taille d'une corneille, mesure de 15 à 20 pouces de longueur et pèse de 1 1/4 à 2 livres, une envergure qui peut varier de 38 à 46 pouces. La femelle nommée «faucon», est plus grosse que le mâle, ou «tiercelet». En matière d'alimentation, tous deux préfèrent le pigeon, mais ils se nourrissent de n'importe quoi depuis le canard malard jusqu'à la fauvette. Sa prédilection pour le pigeon rendit le faucon pèlerin fort impopulaire pendant la Seconde Guerre mondiale; les Britanniques se virent forcés d'en détruire beaucoup afin de protéger les pigeons qui transportaient des messages secrets. La disparition du pigeon voyageur en Amérique du Nord a sans doute nui au faucon. Ce dernier a survécu mais il est aujourd'hui menacé d'extinction par empoisonnement chimique. Robert Bateman, dessinateur du timbre, est un artiste de la faune qui vit en Ontario et parcourt le monde pour étudier les habitudes et les habitats des animaux sauvages qu'il peint.
Canada. Ministère des Postes. [Communiqué de presse d'un timbre-poste], 1978.

Origine du visuel

Conçu par Robert McLellan Bateman

Note

Les valeurs affichées dans cette page sont en dollar canadien.

Une erreur est survenue. Veullez réessayer.
Abonnement réussi.

Infolettre
Abonnez-vous à l'infolettre pour recevoir les nouveautés par courriel.