Philacanada - Germaine Guèvremont, Le Survenant - 8 cents 1976 - Timbre du Canada - Valeur des timbres canadiens

Vous êtes : Accueil » Timbres » Valeur » Germaine Guèvremont, Le Survenant - 8 cents 1976

Germaine Guèvremont, Le Survenant - 8 cents 1976 - Timbre du Canada

Germaine Guèvremont, Le Survenant 1976 - Timbre du Canada

Caractéristiques

  • Quantité : 12 030 000
  • Date d'émission : 17 août 1976
  • Imprimeur : Ashton-Potter Limited
  • Dentelure : 13.5
  • Scott : #696

Description

Germaine Guèvremont, née Grignon, voit le jour à Saint-Jérôme, ville des Laurentides, au tournant du siècle. Elle est issue d'une célèbre famille d'écrivains; son père, avocat, passe sa vie à chanter en prose et en vers son pays de montagnes bien aimé. Il est nommé protonotaire à Sainte-Scholastique peu après la naissance de Germaine, et c'est là qu'elle passe son enfance. Ce n'est qu'après son mariage à Hyacinthe Guèvremont, et le déménagement du jeune couple à Sorel, qu'elle apprend à connaître et à aimer le paysage des plaines et des vastes rivières qu'elle décrit avec tant de vie dans ses oeuvres. Quelques années avant le mariage de Germaine, un jeune journaliste du «Montreal Star», originaire de Norvège et ayant étudié en Chine, effectue plusieurs visites à Sainte-Scholastique, où il fait une vive impression sur les villageois ; il épousera d'ailleurs la soeur aînée de Germaine. C'est ce beau-frère «survenant» qui, bien des années plus tard, incite Mme Guèvremont à se faire écrivain pour oublier sa peine d'avoir perdu une fillette. Elle commence sa carrière comme correspondant à Sorel du «Montreal Gazette» et reporter pour «Le Courrier de Sorel». En 1935, la famille Guèvremont s'installe à Montréal. Germaine se joint à une société d'écrivains très active et on lui demande d'écrire des contes paysans pour la revue «Paysana». Ce travail lui permet d'achever la transition entre le métier de reporter et la carrière d'écrivain. Son deuxième livre, «Le Survenant», publié en 1945, remporte un immense succès au Québec et lui vaut le Prix Duvernay. Lorsqu'il paraît en France, et plus tard aux États-Unis et en Angleterre, la réputation internationale de l'auteur est bien assise. Elle décroche en 1950 le Prix du Gouverneur général pour les romans. L'histoire commence un soir d'automne, au «Chenal du moine», à l'instant où la famille Beauchemin se met à table pour souper. Un jeune étranger robuste, portant un sac au dos, apparaît à la porte et demande un peu de nourriture. Ainsi, le «survenant» arrive à l'improviste et vit longtemps parmi les Beauchemin et leurs amis et voisins. Lorsqu'il repart, aussi soudainement qu'il était venu, il a transformé leur vie à jamais. La peinture que M. Antoine Dumas a réalisée pour le timbre consacré à Germaine Guèvremont représente la première scène du Survenant. M. Dumas est natif de Québec où il dirige le Programme de communications graphiques de l'Université Laval.
Canada. Ministère des Postes. [Communiqué de presse d'un timbre-poste], 1976.

Origine du visuel

Conçu par Antoine Dumas

Note

Les valeurs affichées dans cette page sont en dollar canadien.

Une erreur est survenue. Veullez réessayer.
Abonnement réussi.

Infolettre
Abonnez-vous à l'infolettre pour recevoir les nouveautés par courriel.