Philacanada - Île-du-Prince-Édouard, 1873-1973 - 8 cents 1973 - Timbre du Canada - Valeur des timbres canadiens

Vous êtes : Accueil » Timbres » Valeur » Île-du-Prince-Édouard, 1873-1973 - 8 cents 1973

Île-du-Prince-Édouard, 1873-1973 - 8 cents 1973 - Timbre du Canada

Île-du-Prince-Édouard, 1873-1973 1973 - Timbre du Canada

Caractéristiques

  • Quantité : 26 300 000
  • Date d'émission : 22 juin 1973
  • Imprimeur : British American Bank Note Company
  • Dentelure : 12 x 12.5
  • Scott : #618

Description

L'Île-du-Prince-Édouard est un territoire pittoresque en forme de croissant, situé à quelques milles des côtes de Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick, et qui compte environ cent mille habitants. Le 29 juin 1534, Jacques Cartier entreprit l'exploration de l'Île qui fut baptisée par la suite «Île-Saint-Jean». Bien qu'il ait dit que c'était «le plus beau pays qui soit», l'Île n'a pas été habitée façon permanente avant le dix-huitième siècle. D'abord aux mains des Français, puis entre celle des Anglais, l'Île redevient une nouvelle fois possession française avant que le traité de Paris ne la donne à l'Angleterre en 1763. Les Acadiens furent les premiers à s'y installer en 1720. Ils furent suivis des Français et des Britanniques. Après la signature du traité, les Anglais, les Écossais, les Irlandais, et, un peu plus tard, les Loyalistes y débarquèrent à leur tour. L'Île reçut son nom actuel en 1799, en l'honneur de Prince Édouard, duc de Kent, le père de la reine Victoria, qui avait manifesté de l'intérêt pour les fortifications de Charlottetown. En 1864, Charlottetown, la capitale de l'Île, fut l'hôte de la première conférence préparatoire à la Confédération mais pourtant, c'est seulement le 1er juillet 1873 que l'Île-du-Prince-Édouard se joignit aux six premières provinces. Très préoccupés par la délicate question du partage des terres et les controverses religieuses, les insulaires donnèrent leur appui aux fédéralistes six ans seulement après le début de la Confédération. L'agriculture constitue la principale industrie de la province du sabot de la vierge. Le climat et la terre, d'une couleur rouge bien spéciale, conviennent particulièrement à une agriculture mixte; les récoltes sont abondantes et de bonne qualité. La culture de la pomme de terre et l'élevage des vaches laitières sont les principales activités agricoles. Les pommes de terre de l'Île sont réputées sur tout le continent et elles sont exportées tant pour l'ensemencement que pour la consommation. L'industrie de la pêche, qui produit les fameux homards et les superbes huîtres de l'Île-du-Prince-Édouard, apporte des revenus substantiels à la province, mais toutefois dans des proportions bien moindres que l'Industrie de la construction. Le tourisme joue également un rôle de plus en plus important dans l'économie du pays. Chaque année, des milliers de touristes viennent profiter des plages magnifiques et de la beauté naturelle de l'Île que l'on a baptisée, à juste titre, le Jardin du Canada. L'Île bénéficie d'un climat parfait pour des vacances et chacun peut y pratiquer son sport favori et participer aux nombreuses festivités et événements artistiques qui s'y déroulent chaque année. Selon la tradition, le grand chêne qui fait partie des armes de la province représente l'Angleterre et les jeunes arbres, les trois comtés de l'Île (Kings, Queen, Prince). La devise "Parva sub ingenti" signifie mot à mot "Les petits en-dessous du grand". Le dessinateur du timbre de l'Île-du-Prince-Édouard, Anthony Mann, dit qu'à son avis, cette devise et le symbole des chênes illustrent on ne peut mieux le thème de la Confédération.
Canada. Ministère des Postes. [Communiqué de presse d'un timbre-poste], 1973.

Origine du visuel

Conçu par Anthony Mann

Note

Les valeurs affichées dans cette page sont en dollar canadien.

Une erreur est survenue. Veullez réessayer.
Abonnement réussi.

Infolettre
Abonnez-vous à l'infolettre pour recevoir les nouveautés par courriel.