Philacanada - Le Groupe des Sept - 6 cents 1970 - Timbre du Canada - Valeur des timbres canadiens

Vous êtes : Accueil » Timbres » Valeur » Le Groupe des Sept - 6 cents 1970

Le Groupe des Sept - 6 cents 1970 - Timbre du Canada

Le Groupe des Sept 1970 - Timbre du Canada

Caractéristiques

  • Quantité : 36 203 000
  • Date d'émission : 18 septembre 1970
  • Imprimeur : Ashton-Potter Limited
  • Dentelure : 11
  • Scott : #518

Valeur des timbres Le Groupe des Sept - 6 cents 1970

La valeur d'un timbre de Le Groupe des Sept - 6 cents 1970 varie en fonction de sa rareté, son état de conservation, de l'offre et la demande ansi que de plusieurs autres facteurs. Les valeurs affichées dans cette section sont basées sur le marché, les tendances, les enchères et les publications reconnues. Cette section regroupe également des informations concernant les caractéristiques et les erreurs et variétés.

Glisser

VGFVFFDC
Le Groupe des Sept - 6 cents 1970 0.03 $ 0.06 $ 0.09 $ 1.30 $
VGFVF
Le Groupe des Sept - 6 cents 1970 0.03 $ 0.06 $ 0.09 $
VGFVF
Le Groupe des Sept - 6 cents 1970 0.06 $ 0.11 $ 0.17 $

Erreurs et variétés de la communauté

#TitreSource
#53 Le Groupe des Sept - 6 cents 1970 - Timbre du Canada - Mal perforé -

Description

On peut dire que la formation du Groupe des Sept remonte aux années 1910-1913, époque où le commerce était en pleine expansion et où l'immigration devenait de plus en plus importante. Le début de la première guerre mondiale, en 1914, estompa cependant temporairement le mouvement national qui se faisait alors jour dans le domaine des arts. Ce n'est qu'en 1919, alors que la guerre n'était plus qu'un souvenir, que les membres du groupe, qui n'avait d'ailleurs pas encore de nom, se remirent à la peinture des paysages sauvages du Canada, installés dans le cadre non moins sauvage d'un wagon de marchandise. Finalement leur style donna au Canada une identité bien particulière et les rendit eux-mêmes célèbres à jamais. Au cours des années antérieures à 1920, ce même groupe d'âmes soeurs devint connu sous le nom d'école Algonquin, car ses tableaux avaient très souvent pour thème la nature sauvage du parc Algonquin en Ontario. Ce même parc Algonquin fut malheureusement le cadre d'une tragédie, en 1917, lorsque Tom Thomson, artiste de talent qui peignait avec les membres du futur Groupe des Sept, se noya dans un accident de canoë. Les peintures de Thomson, résultats d'une brève carrière de 6 ans, sont fréquemment associées à celle du groupe formé 3 ans après sa mort.

À l'origine, en 1920, les membres du Groupe des Sept étaient Franklin Carmicheal, Lawren Harris, A.Y. Jackson, Frank Johnston, Arthur Lismer, J.E.H. MacDonald, et F.H. Varley. L'abandon de Johnston en 1922 réduisit le nombre des membres à 6 jusqu'à la venue d'Alfred Casson en 1926. 2 autres peintres vinrent grossir le groupe par la suite: Edwin H. Holgate en 1931 et Lemoine FitzGerald, en 1932. Avant de devenir un groupe plus vaste, le Canadian Group of Painters (Groupe des peintres canadiens) en 1933, le Groupe des Sept, sais être vraiment organisé existait cependant au vrai sens du mot. Les oeuvres qu'il a réalisées, axées sur le dessin et la couleur étaient très éloignées de l'impressionisme de l'époque.

Comme l'a décrit la Galerie nationale du Canada à Ottawa: ... ils ont donné au paysage canadien le post-impressionisme allègre de Van Gogh et ils ont peint le Canada comme personne ne l'avait encore fait avant eux. Les couleurs sauvages de l'automne canadien; les lacs solitaires du nord; les îles monolithiques du Lac Supérieur; le paysage torturé, érodé par les glaciers, du bouclier laurentien; l'apparition sinistre d'un flanc de colline émergeant d'un enneigement de quatre mois - tout cela c'est bien le Canada, un pays à nul autre pareil et que les Canadiens ont tout à coup reconnu comme le leur. Si les oeuvres du Groupe des Sept occupent actuellement une place extrêmement importante dans le patrimoine artistique du Canada, il faut dire que le public est loin de les avoir acceptées unanimement au début. L'expression C'est de la bouillie pour les chats servait souvent à désigner les principes nouveaux et audacieux utilisés pour interpréter les paysages accidentés caractéristiques du Canada. Certaines personnes marquèrent même leur désapprobation en allant jusqu'à déclarer qu'il n'était pas bon de reproduire de tels tableaux car ils pouvaient dissuader les immigrants de venir s'installer sur le sol canadien.

Origine du visuel

Conçu par Allan Robb Fleming
D'après une peinture de Arthur Lismer

Oeuvre original

Arthur Lismer, « Isles of Spruce », 1922
Hart House Permanent Collection, University of Toronto, Toronto, Ontario

Présentement sur Ebay

Note

Les valeurs affichées dans cette page sont en dollar canadien.

Une erreur est survenue. Veullez réessayer.
Abonnement réussi.

Infolettre
Abonnez-vous à l'infolettre pour recevoir les nouveautés par courriel.