Philacanada - Le téléphone, 1874-1974 - 8 cents 1974 - Timbre du Canada - Valeur des timbres canadiens

Vous êtes : Accueil » Timbres » Valeur » Le téléphone, 1874-1974 - 8 cents 1974

Le téléphone, 1874-1974 - 8 cents 1974 - Timbre du Canada

Le téléphone, 1874-1974 1974 - Timbre du Canada

Caractéristiques

  • Quantité : 28 470 000
  • Date d'émission : 26 juillet 1974
  • Imprimeur : Ashton-Potter Limited
  • Dentelure : 12.5
  • Scott : #641

Description

Il y aura cent ans au mois de juillet qu'Alexandre Graham Bell, jeune instituteur pour les sourds, passa quelques semaines de méditation tranquille à Brantford. Il essayait de mettre au point un appareil qui devait permettre d'acheminer plusieurs messages télégraphiques à la fois le long d'un même câble et inventa le téléphone. Les habitants de Brantford sont bien entendu très fiers de la découverte qu'il a faite dans leur ville et ils n'ont pas ménagé leurs efforts pour réfuter les gens qui prétendaient qu'il avait conçu son idée géniale à un autre endroit. Bell devait d'ailleurs mettre fin à toute controverse en déclarant que tel était bien le cas et que le téléphone avait été inventé au Canada. Brantford a le droit indéniable de se prévaloir de cette invention et porte à juste titre le nom de «berceau du téléphone». Il n'est pas étonnant que de telles disputes aient éclaté, car, Bell et ses collaborateurs ont dû se défendre en cour environ six cent fois pour prouver que leur invention était originale. En 1874 tous les principes fondamentaux qu'on retrouve dans le téléphone étaient connus depuis quarante ans au moins. Le mérite de Bell, son coup de génie, ont été d'établir entre ces différents principes des interactions que personne auparavant n'avait su découvrir. Ces éléments appartiennent aux domaines de la physiologie, de l'électricité et de l'acoustique, qui apparemment n'ont aucun rapport entre eux, mais dans lesquels Bell était versé. D'autre part, la découverte scientifique est un processus social; le génie et la chance de l'inventeur sont des éléments importants, mais ils ne doivent pas effacer ce principe. Les inventeurs ne sont productifs que lorsqu'ils peuvent s'inspirer du travail de leurs semblables, quand ils peuvent «réfléchir systématiquement» à «un seul produit ou à une seule méthode à la fois» et qu'ils vivent dans un milieu qui affectionne les fruit de la pensée. Bell, par exemple, était l'héritier spirituel d'une longue lignée d'hommes de science du XIXe siècle, parmi lesquels nous ne citerons que Hans Oersted, Michael Faraday, John Tyndall, Hermann Helmholtz et J. Baile. Bell vivait dans un milieu qui lui permettait de se concentrer longtemps sur une tâche précise qui ne portait pas de fruits à court terme, et qui apporta à cet innovateur célébrité et richesse. La découverte était alors comme aujourd'hui encore, un processus ininterrompu. À peine le téléphone était-il inventé que Thomas Edison le perfectionna. Le téléphone est particulièrement caractéristique de l'époque qui l'a vu naître. La génération d'alors était tournée vers le matérialisme, fière de ses réussites et de sa philosophie concrètes. On peut affirmer sans exagérer que cette génération productive a donné naissance à une deuxième révolution industrielle, surtout dans les domaines des communications et de l'électricité. La croissance de la presse, l'expansion des services de chemins de fer, de la poste, du câble sousmarin et de navire à vapeur, l'invention de la radio et du téléphone ont accéléré la transmission de l'information. Bien que les gens du XIXe siècle n'aient jamais compris complètement le phénomène de l'électricité, ils ont conçu de nombreuses applications pratiques pour cette énergie, entre autres l'ampoule à incandescence, la dynamo, le moteur à induction, la radio et bien sûr, le téléphone. Bell lui-même reflète bien ses contemporains. Il était agnostique et sa philosophie naturaliste était mécanicienne dans l'acception la plus large du terme. Il écrivait qu'il avait des éclairs de l'harmonie de la nature, de la manière dont une pièce s'agençait dans l'autre comme les rouages d'une mécanique compliquée. Chacun des appareils de téléphone représentés sur les plus récents timbres canadiens est solidement ancré dans l'Histoire. Le téléphone dit «à guillotine» fut le premier du monde. En 1915, Bell en parla en ces termes: «L'appareil que vous avez sous les yeux a été inventé pendant l'été de 1874, pendant que je rendais visite à mes parents à Brantford...». Le téléphone à pied appelé aussi téléphone «jonquille», était très aimé du public et de nombreuses personnes le considèrent comme l'archétype de tous les téléphones. Le téléphone Contempra est le premier à avoir été conçu, dessiné et fabriqué entièrement au Canada. M. Ray Webber, de Toronto, a photographié les trois appareils.
Canada. Ministère des postes. [Communiqué de presse d'un timbre-poste], 1974.

Origine du visuel

Conçu par Ray Webber

Présentement sur Ebay

Note

Les valeurs affichées dans cette page sont en dollar canadien.

Une erreur est survenue. Veullez réessayer.
Abonnement réussi.

Infolettre
Abonnez-vous à l'infolettre pour recevoir les nouveautés par courriel.