Philacanada - Les Forges du Saint-Maurice, 1738-1988 - 37 cents 1988 - Timbre du Canada - Valeur des timbres canadiens

Vous êtes : Accueil » Timbres » Valeur » Les Forges du Saint-Maurice, 1738-1988 - 37 cents 1988

Les Forges du Saint-Maurice, 1738-1988 - 37 cents 1988 - Timbre du Canada

Les Forges du Saint-Maurice, 1738-1988 1988 - Timbre du Canada

Caractéristiques

  • Quantité : 14 700 000
  • Date d'émission : 19 août 1988
  • Imprimeur : Canadian Bank Note Company, Limited
  • Dentelure : 13.5
  • Scott : #1216

Description

Les Forges du Saint-Maurice ont été construites près de Trois-Rivières, à l'époque où l'assouplissement de la politique protectionniste de la France favorisait le développement de l'industrie dans la colonie. Leur création fut en grande partie le fruit des efforts de Gilles Hocquart, intendant de Nouvelle-France de 1729 à 1748. L'abondance des ressources naturelles du site des Forges ont assuré la rentabilité de l'entreprise. Les Forges formèrent une communauté industrielle qui, à son apogée, abritait quelque 425 âmes. Il est rare qu'un site comprenne tous les éléments nécessaires au développement d'une industrie de cette envergure. La force motrice des forges était le ruisseau du Lavoir, lequel alimentait chacune des terrasses de la vallée. À l'aide de barrages qui formaient des cuvettes naturelles, l'eau fournissait l'énergie nécessaire au fonctionnement des roues à godets qui, à leur tour, actionnaient soufflets et marteaux. On fondait le minerai de fer local avec le charbon fabriqué sur place avec le bois de la propriété. La réputation des fers de Saint-Maurice tenait à la qualité du travail de sa main-d'oeuvre issue en droite ligne des premiers ouvriers venus de Bourgogne et de Franche-Comté. Cependant, après 150 ans de production, les Forges ne survécurent pas à la sidérurgie moderne basée sur le coke et fermèrent leurs portes en 1883. Le site des Forges est un parc historique national depuis 1973. Trois artistes ont uni leur talent pour dépeindre l'activité se déroulant autour du haut-fourneau. L'illustratrice Hélène Racicot de Montréal a travaillé en collaboration avec Michèle Cayer, graphiste de Montréal également, et le graveur Yves Baril de la Canadian Bank Note Company d'Ottawa. L'image gravée en taille-douce sur un fond lithographié en deux couleurs réussit à rendre l'ambiance du lieu et de l'époque.
Société canadienne des postes. [Communiqué de presse d'un timbre-poste], 1988.

Origine du visuel

Conçu par Michèle Cayer
Gravé par Yves Baril
D'après une peinture de Hélène Racicot

Note

Les valeurs affichées dans cette page sont en dollar canadien.

Une erreur est survenue. Veullez réessayer.
Abonnement réussi.

Infolettre
Abonnez-vous à l'infolettre pour recevoir les nouveautés par courriel.