Philacanada - Louis Riel - 6 cents 1970 - Timbre du Canada - Valeur des timbres canadiens

Vous êtes : Accueil » Timbres » Valeur » Louis Riel - 6 cents 1970

Louis Riel - 6 cents 1970 - Timbre du Canada

Louis Riel 1970 - Timbre du Canada

Caractéristiques

  • Quantité : 37 000 000
  • Date d'émission : 19 juin 1970
  • Imprimeur : British American Bank Note Company
  • Dentelure : 12.5 x 12
  • Scott : #515

Valeur des timbres Louis Riel - 6 cents 1970

La valeur d'un timbre de Louis Riel - 6 cents 1970 varie en fonction de sa rareté, son état de conservation, de l'offre et la demande ansi que de plusieurs autres facteurs. Les valeurs affichées dans cette section sont basées sur le marché, les tendances, les enchères et les publications reconnues. Cette section regroupe également des informations concernant les caractéristiques et les erreurs et variétés.

Glisser

VGFVFFDC
Louis Riel - 6 cents 1970 0.03 $ 0.06 $ 0.09 $ 1.00 $
VGFVF
Louis Riel - 6 cents 1970 0.03 $ 0.06 $ 0.09 $
VGFVF
Louis Riel - 6 cents 1970 0.06 $ 0.11 $ 0.17 $

Description

Issu d'une famille respectée et solidement enracinée dans la région de la rivière Rouge, Riel, que les historiens considèrent comme une des figures marquantes des années embryonnaires du Canada, était un homme éloquent, intelligent et doué d'un sens profond du devoir. D'aucuns prétendent qu'il aurait vu le jour en 1847, mais aux dires de Riel lui-même, c'est le 23 octobre 1844 qu'il serait né, à Saint-Boniface, de Louis Riel, un métis, et de Julie de Lagemaundière, fille de la première blanche du Nord-Ouest. Grâce au concours de monseigneur Taché, archevêque de Saint-Boniface, il se rendit à Montréal en 1858, pour y fréquenter un collège pendant plusieurs années. L'arrivée massive des colons de l'Est du pays dans les territoires qui devaient éventuellement devenir les provinces du Manitoba et de la Saskatchewan provoqua des conflits parmi les populations à prédominance métis, dont le soulèvement de la rivière Rouge, en 1869-1870, puis l'insurrection du Nord-Ouest, en 1885.

Le 1er fut déclenché par les négociations des gouvernements du Canada et de la Grande-Bretagne visant à faire passer sous la souveraineté canadienne, les territoires de l'Ouest jusque là administrés par la Compagnie de la baie d'Hudson. Au cours d'une période de stagnation administrative due, en grande partie, aux circonstances transitoires résultant de ces négociations, Louis Riel accepta de diriger son peuple et devint chef du Conseil des Assiniboins. Il est évident que, pour les métis, ces négociations constituaient une menace à leurs coutumes, et à leurs droits acquis, de même qu'à leurs titres de propriété et à la structure même de leur société. Riel et son peuple insistèrent pour se faire entendre et exigèrent du gouvernement du Canada qu'il accepte le principe de la consultation avant de procéder à l'annexion des territoires. Les droits qu'ils revendiquèrent alors devaient ultérieurement constituer un élément fondamental du système fédéral canadien.

Lors du soulèvement de la rivière Rouge, l'avance des troupes militaires envoyées par le gouvernement canadien menaça la sécurité de Riel et l'obligea à quitter la tête du gouvernement provisoire qu'il avait formé à Fort Garry. Cela ne mit toutefois pas fin à sa mission de défenseur de la cause des métis. Son élection comme député aux Communes et son expulsion du Parlement marquèrent les quelques années subséquentes de sa vie. En 1884, il revient des États-Unis pour se mettre à la tête de son peuple dont la nouvelle colonie, sur les bords de la rivière Saskatchewan-Nord, était menacée par l'avance continue des colons agricoles et par la construction d'une voie ferrée venant de l'Est. L'insurrection armée qui s'ensuivit eut tôt fait de faire réagir le gouvernement canadien qui profita de la nouvelle voie ferrée pour faire rapidement transporter ses troupes au bout du ruban d'acier, à Régina. L'insurrection donna lieu à de violents combats, mais Riel fut fait prisonnier par les troupes fédérales dont le chef, le général Middleton, parvint à conclure un pacte avec les métis. La vie turbulente de Riel se termina sur l'échafaud, le 16 novembre 1885, à Régina. Il y avait été condamné sous l'inculpation de trahison.

Origine du visuel

Conçu par Reinhard Derreth
D'après une photographie de William James Topley

Présentement sur Ebay

Note

Les valeurs affichées dans cette page sont en dollar canadien.

Une erreur est survenue. Veullez réessayer.
Abonnement réussi.

Infolettre
Abonnez-vous à l'infolettre pour recevoir les nouveautés par courriel.