Philacanada - Première route postale, 1763 - 5 cents 1963 - Timbre du Canada - Valeur des timbres canadiens

Vous êtes : Accueil » Timbres » Valeur » Première route postale, 1763 - 5 cents 1963

Première route postale, 1763 - 5 cents 1963 - Timbre du Canada

Première route postale, 1763 1963 - Timbre du Canada

Caractéristiques

  • Quantité : 27 860 000
  • Date d'émission : 25 septembre 1963
  • Imprimeur : Canadian Bank Note Company, Limited
  • Dentelure : 12
  • Scott : #413

Valeur des timbres Première route postale, 1763 - 5 cents 1963

La valeur d'un timbre de Première route postale, 1763 - 5 cents 1963 varie en fonction de sa rareté, son état de conservation, de l'offre et la demande ansi que de plusieurs autres facteurs. Les valeurs affichées dans cette section sont basées sur le marché, les tendances, les enchères et les publications reconnues. Cette section regroupe également des informations concernant les caractéristiques et les erreurs et variétés.

Glisser

VGFVFFDC
Première route postale, 1763 - 5 cents 1963 0.02 $ 0.04 $ 0.07 $ 1.30 $
VGFVF
Première route postale, 1763 - 5 cents 1963 0.04 $ 0.06 $ 0.11 $
VGFVF
Première route postale, 1763 - 5 cents 1963 0.08 $ 0.11 $ 0.21 $

Description

Le service régulier de la poste entre Québec, Montréal et Trois-Rivières, établi en 1763, constitue le noyau du service par terre de la Poste canadienne que nous connaissons aujourd'hui. La Poste est ainsi devenue une des premières activités des services publics canadiens. Benjamin Franklin, délégué du Maître de poste général en Amérique du Nord, vient de Philadelphie à Québec afin d'organiser le service. Bien qu'il n'y eut alors aucun service de dépêches proprement dit, Franklin constata qu'il existait déjà un certain nombre de relais de la poste le long du chemin du roi. C'est à partir de cet embryon que Franklin forma et développa le service postal. La direction du bureau de poste de Québec fut confiée à Hugh Finlay, un Écossais venu au Canada en 1760 et qui agissait alors comme surveillant de la poste. L'expédition et la livraison à ce moment-là se faisaient à cheval ou encore par des courriers ou en bateau. Les habitants de ces régions, et plus particulièrement ceux qui avaient travaillé dans les relais de la poste, furent invités à contribuer dans la mesure du possible à l'organisation du nouveau service postal. Ralph Burton, alors gouverneur des Trois-Rivières et de la région avoisinante, décréta que des chevaux de selle devaient être loués au prix de six sous par lieue pour transporter le courrier à Québec ou l'en ramener. Les bateliers avaient l'ordre de faire passer le personnel de la poste et le courrier.

Au moment de la livraison, le commis de la poste devait verser un sou par lettre au capitaine du bateau. Le colonel Burton menaçait de punir ceux qui entravaient ou retardaient la livraison. Il n'y avait au début que très peu de traffic postal entre les établissements de la colonie, laquelle devait plus tard être connue sous le nom de province de Québec. Comme ils l'avaient fait pendant de nombreuses années, les voyageurs et surtout les missionnaires continuaient d'apporter le courrier d'un endroit à l'autre. Toute personne qui utilisait le service postal devait verser un droit lors de la livraison. Ce droit était calculé à la fois sur la distance et sur le poids des dépêches. Le gros du courrier, circulant entre ces relais de la poste, était en provenance ou à destination de l'Europe et traversait l'Atlantique par paquebot-poste. Durant les mois d'hiver, le service postal était interrompu. Le reste de l'année, la population pouvait compter sur un service mensuel à peu près régulier.

Origine du visuel

Conçu par Bernard James Reddie
Scène gravée par Yves Baril
Lettrage gravé par Allan Alexander Carswell

Présentement sur Ebay

Note

Les valeurs affichées dans cette page sont en dollar canadien.

Une erreur est survenue. Veullez réessayer.
Abonnement réussi.

Infolettre
Abonnez-vous à l'infolettre pour recevoir les nouveautés par courriel.