Philacanada - Premières mesures du Ô Canada - 17 cents 1980 - Timbre du Canada - Valeur des timbres canadiens

Vous êtes : Accueil » Timbres » Valeur » Premières mesures du Ô Canada - 17 cents 1980

Premières mesures du Ô Canada - 17 cents 1980 - Timbre du Canada

Premières mesures du Ô Canada 1980 - Timbre du Canada

Caractéristiques

  • Quantité : 31 104 000
  • Date d'émission : 6 juin 1980
  • Imprimeur : Ashton-Potter Limited
  • Dentelure : 12.5
  • Scott : #857

Description

Un hymne national est un symbole de fierté et le «Ô Canada», bien qu'il ne soit pas encore l'hymne officiel du pays, a gagné les coeurs des Canadiens. Nous en devons la musique à Calixa Lavallée et les versions française et anglaise à Adolphe-Basile Routhier et à Robert Stanley Weir respectivement. Calixa Lavallée est né en 1842 à Verchères, près de Montréal. Élevé dans une famille de musiciens, il ne tarde pas à manifester son talent musical et il est considéré en quelque sorte comme un enfant prodige. À 15 ans, il s'enfuit à la Nouvelle-Orléans, où il se fait remarquer par le violoniste espagnol Olivera, alors dans la capitale, qui l'engage pour une tournée couvrant le sud des États-Unis, le Brésil et les Antilles. Après avoir été un certain temps musicien dans l'armée nordiste pendant la guerre de Sécession, Lavallée retourne à Montréal; mais il regagnera les États-Unis en 1865. A partir de 1870, il est chef d'orchestre et directeur artistique au «Grand Opera House» de New York, où se jouent des spectacles de variétés. Il occupera ce poste jusqu'au moment de l'assassinat du célèbre propriétaire de l'établissement, survenu en 1872. Il quitte alors l'Amérique pour Paris, où il étudie deux ans aux frais de ses amis; il revient ensuite au Canada, dans l'espoir de promouvoir la musique. Des déceptions l'attendent: l'école de musique et la compagnie d'opéra qu'il se propose de fonder ne reçoivent pas l'appui du gouvernement. Le comité chargé d'organiser une cérémonie d'accueil à Québec pour la venue du nouveau gouverneur général en 1879 demande à Lavallée de s'occuper de la partie musicale de l'événement et de ne pas regarder à la dépense. Lavallée réunit donc près de 300 musiciens pour un spectacle dont le clou est une interprétation simultanée du «God Save the Queen», de «Vive la Canadienne» et de «Comin' thro' the Rye». La foule est éblouie, mais les autorités refusent d'assumer le déficit de Lavallée, qui s'élève à plusieurs centaines de dollars. Au début de 1880, le lieutenant-gouverneur du Québec, Théodore Robitaille, désireux de collaborer à la partie musicale d'un congrès réunissant des Canadiens français, s'adresse à Adolphe-Basile Routhier et à Calixa Lavallée pour composer respectivement les paroles et la musique d'un hymne national qui devra être rendu public le jour de la Saint-Jean-Baptiste. À cette époque, Routhier était juge et il devait devenir par la suite juge en chef de la Cour supérieure du Québec. L'air aujourd'hui bien connu de Lavallée enthousiasme la foule lorsqu'il est joué publiquement pour la première fois le 24 juin 1880. Cependant, il ne deviendra populaire au Canada anglais qu'à partir de 1908, date à laquelle Robert Stanley Weir, un avocat de Montréal qui devait plus tard devenir juge, compose la version anglaise que nous connaissons aujourd'hui, à l'occasion du troisième centenaire de la fondation de Québec. Ironie du sort, peu après le triomphe que lui confère l'hymne «Ô Canada», Lavallée repart pour les États-Unis. Pendant un certain temps, il est pianiste à bord d'un bateau à vapeur et devient bien connu dans les milieux musicaux américains de l'époque. Hélas il meurt dans la pauvreté en 1891 à Boston. Ce n'est qu'en 1933 que ses admirateurs font transporter sa dépouille à Montréal. Ce timbre commémoratif est l'oeuvre de Friedrich Peter, spécialiste en arts graphiques et professeur à Vancouver, en Colombie-Britannique. La vignette reproduit les premières mesures du «Ô Canada». Les tons choisis pour la vignette sont éclatants et suggèrent la gaieté d'une atmosphère de fête. Pour souligner le caractère particulier de cette émission, ces timbres sont émis se tenant en feuillets commémoratifs de 16 vignettes au lieu de 50.
Canada. Ministère des Postes. [Communiqué de presse d'un timbre-poste], 1980.

Origine du visuel

Conçu par Friedrich G. Peter

Note

Les valeurs affichées dans cette page sont en dollar canadien.

Une erreur est survenue. Veullez réessayer.
Abonnement réussi.

Infolettre
Abonnez-vous à l'infolettre pour recevoir les nouveautés par courriel.