Philacanada - Sir Donald Alexander Smith, 1820-1914 - 6 cents 1970 - Timbre du Canada - Valeur des timbres canadiens

Vous êtes : Accueil » Timbres » Valeur » Sir Donald Alexander Smith, 1820-1914 - 6 cents 1970

Sir Donald Alexander Smith, 1820-1914 - 6 cents 1970 - Timbre du Canada

Sir Donald Alexander Smith, 1820-1914 1970 - Timbre du Canada

Caractéristiques

  • Quantité : 35 400 000
  • Date d'émission : 4 novembre 1970
  • Imprimeur : Canadian Bank Note Company, Limited
  • Dentelure : 12
  • Scott : #531

Valeur des timbres Sir Donald Alexander Smith, 1820-1914 - 6 cents 1970

La valeur d'un timbre de Sir Donald Alexander Smith, 1820-1914 - 6 cents 1970 varie en fonction de sa rareté, son état de conservation, de l'offre et la demande ansi que de plusieurs autres facteurs. Les valeurs affichées dans cette section sont basées sur le marché, les tendances, les enchères et les publications reconnues. Cette section regroupe également des informations concernant les caractéristiques et les erreurs et variétés.

Glisser

VGFVFFDC
Sir Donald Alexander Smith, 1820-1914 - 6 cents 1970 0.03 $ 0.06 $ 0.09 $ 1.30 $
VGFVF
Sir Donald Alexander Smith, 1820-1914 - 6 cents 1970 0.03 $ 0.06 $ 0.09 $
VGFVF
Sir Donald Alexander Smith, 1820-1914 - 6 cents 1970 0.06 $ 0.11 $ 0.17 $

Description

Dans l'histoire des grands bâtisseurs du Canada, s'il en est un qui occupe une place toute particulière, c'est bien Donald Alexander Smith qui, le 7 novembre 1885, a enfoncé le dernier crampon doré, à Craigellachie (Colombie-Britannique), pour marquer l'achèvement de la voie ferrée qui relie entre elles les deux grandes côtes du pays. Lors de cette cérémonie historique, Smith avait à ses côtés Sandford Fleming, ingénieur en chef chargé de tracé la nouvelle ligne et à qui l'on doit également le dessin du 1er timbre canadien, celui du Castor de 3 pences de la province du Canada, émis en 1851.

Né en 1820, d'une humble famille, à Forres, dans le comté de Moray, En Écosse, Smith est entré au service de la Compagnie de la Baie d'Hudson en 1838. Il s'employa à promouvoir les intérêts de la Compagnie dans plusieurs régions et, entre autres, à la baie des Esquimaux sur la côte du Labrador. Il est cependant généralement reconnu que c'est grâce à la bonne impression qu'il fit lors de sa visite en Angleterre, en 1864, qu'il fut promu en 1869 chef du département de Montréal, de l'Est canadien et du Labrador. Il devait ensuite s'élever de poste en poste jusqu'à celui de gouverneur de la Compagnie où il fut nommé en 1899. En 1869-70, lors de la rébellion de la rivière Rouge, la direction de la Compagnie à Londres, sachant qu'il connaissait bien la situation qui régnait dans les plaines de l'Ouest, lui enjoignit d'aider le gouvernement du Canada au cours des négociations pour le transfert des territoires de la Compagnie de la baie d'Hudson.

Sir John A. Macdonald le délégua à la rivière Rouge pour exposer aux Anglais et aux Métis le point de vue du gouvernement, tâche dans laquelle les autres avaient jusqu'alors échoué. Il réussit, grâce à des manoeuvres délicates, à prendre la parole devant les parties intéressées qui s'étaient assemblées pour choisir des délégués, afin de s'entendre avec le gouvernement canadien. Mais la violence éclata à Fort Garry et la mission de Smith prit fin. Quelque temps plus tard, les délégués à Ottawa s'en retournèrent en déclarant que, grâce à leur insistance, plusieurs clauses de la Loi sur le Manitoba assureraient dorénavant la sauvegarde de leurs droits. Smith représenta Selkirk à la Chambre des communes de 1871 à 1880. Il a également siégé, comme député de Winnipeg à l'assemblée provinciale, de 1870 à 1874. Lorsqu'on abolit les doubles représentations, il choisit de conserver son siège à la Chambre des communes. Il s'intéressait beaucoup aux chemins de fer et il avait compris que l'Ouest canadien avait grandement besoin d'immigrants pour exploiter ses riches ressources. La Colombie-Britannique avait acceptée de se joindre à la Confédération, à condition qu'on construise un chemin de fer et, bien qu'il ne fût pas officiellement membre de la société formée en 1880 pour achever la ligne, Smith n'hésita pas à risquer sa fortune personnelle afin d'assurer le succès de cette entreprise.

En reconnaissance de sa persévérance, il fut invité à enfoncer le dernier crampon en 1885, un an avant d'être nommé chevalier par la Reine Victoria. En 1887, il revint sur la scène politique dont il s'était retiré depuis 1880 comme député de Montréal-Ouest. Il siégea pour cette circonscription jusqu'en 1896, date à laquelle il accepta le poste de haut commissaire de Grande-Bretagne, qu'il occupa jusqu'à sa mort en 1914. Pendant qu'il était haut commissaire, il parcourut l'Angleterre pour promouvoir l'émigration vers le Canada. En 1897, il fut élevé à la pairie avec le titre de Baron de Strathcona et de Mount Royal. Réputé pour sa grande réserve, Smith s'est tenu tout au long de sa vie modestement à l'écart de l'histoire, en dépit du rôle éminent qu'il y avait joué.

Origine du visuel

D'après un médaillon de Dora de Pédery-Hunt

Note

Les valeurs affichées dans cette page sont en dollar canadien.

Une erreur est survenue. Veullez réessayer.
Abonnement réussi.

Infolettre
Abonnez-vous à l'infolettre pour recevoir les nouveautés par courriel.